Atelier écriture octobre 2019

04 Novembre 2019

Compte rendu de l'atelier du 24 octobre 2019 : Le soufre

-Lecture des textes des écrivants sur le masque

-Découverte de la senteur

-Le soufre était à découvrir sous forme de poudre, de cristaux, sur le bout de grandes allumettes

-Recherche d'adjectifs pouvant définir l'odeur de la senteur

-Lecture d'un extrait de poème de Victor Hugo (1802-1885) : La fin de Satan

-Renseignements généraux sur le soufre : latin sulphurium (pierre qui brûle). Symbole chimique : S. On le trouve particulièrement dans les régions volcaniques. Il est contenu dans les roches composant le magma. Plusieurs types de soufre : sublimé ou fleur de soufre, mouillable utilisé dans l'agriculture biologique. Le dioxyde de soufre (SO2) additif chimique utilisé dans l'élaboration du vin. Dans l'atmosphère c'est un gaz qui irrite les yeux et les voies respiratoires. Acide sulfurique H2SO4  produit à partir du soufre et utilisé comme produit de base pour l'industrie chimique. Très corrosive. Les bienfaits et méfaits du soufre : Minéral très important pour l'organisme car il sert à synthétiser deux acides aminés essentiels : la méthionine et la cystéine. Les aliments riches en soufre, rognons, foie, porc, saumon, ail, oignon, choux lentilles, graines de sésame, pistaches, etc ... Le savon au soufre pour traiter les problèmes de peau. Les eaux sulfurées pour le traitement des infections respiratoires, les eaux sulfatées pour les affections des reins.

Histoire : on l'utilisait déjà en 150 avant JC en agriculture.Au XIe siècle les chinois inventèrent la poudre à canon en mélangeant le soufre et le salpêtre. Au XVe on l'utilisa pour luter contre la peste noire. L'histoire des allumettes.

Les expressions : JP Sartre dans sa pièce de théâtre : Huis Clos(1943) : "Alors c'est ça l'enfer ? Vous vous rappelez : le soufre, le bûcher, le gril ... Quelle plaisanterie. L'enfer c'est les autres. " Sentir le soufre. Réputation sulfureuse. 

-Recherche de vocabulaire autour du soufre.

-Résumé des textes imaginés lors de l'atelier sur le soufre

Patrick : Je vais écrire sur un repas entre amis dont une choucroute et un petit vin blanc alsacien étaient à l’honneur. Malheureusement nous fûmes tous malades et crûrent que la choucroute était en cause. Non c’était le vin blanc et tous ses sulfites.

 

Andrée : Je me souviens d’un lac aux eaux sulfureuses. C’était impressionnant ! La couleur de l’eau bien entendu mais aussi la désagréable odeur d’œuf pourri qui flottait dans l’air.

 

Louise : Lorsque j’étais enfant j’aimais à jouer avec mes amies non loin de l’usine de raffinage de soufre à La Capelette. En ce temps-là, Marseille était très industrialisé. Il y avait beaucoup d’usines, donc de raffinage de soufre mais aussi des savonneries, des fabriques d’allumettes. L’odeur du soufre ne nous gênait pas. Qui peut s’imaginer cela à présent ?

 

Henri : Pendant la guerre, on disait que sur la ligne de combat, il ne fallait pas allumer trois cigarettes avec la même allumette. L’ennemi attendait la lueur de la troisième cigarette pour viser correctement. Bien que nous soyons en temps de paix cette superstition perdure. Sur les chemins de Compostelle j’ai croisé de magnifiques carrières de soufre par exemple dans le Languedoc-Roussillon, dans l’Aveyron, dans le Midi-Pyrénées.

 

Annick : J’ai vu, à la télévision, un reportage étonnant. Un homme, un chercheur, faisait du bateau sur un lac aux eaux contenant de l’acide sulfurique. C’est extrêmement dangereux car l’acide dévore tout. Ce lac se trouvait dans le cratère d’un volcan, probablement en Indonésie. La couleur de l’eau était très belle : vert turquoise. Tout autour du lac on pouvait voir des dépôts de soufre qui était exploités.

 

Robert : Je vais raconter l’histoire du neveu de Satan sous forme de vers libres.

 

Marie-Thérèse : Je suis contente d’avoir pu tenir dans les mains un bloc de soufre. Jamais, même dans les musées géologiques, on me l’avait proposé. J’ai aimé en savoir plus sur le soufre.

 

Claude : Je vais raconter une histoire qui se passera lors d’une cure thermale dont les eaux sont soufrées.

 

Evelyne : Texte final : Quel ciel ?

Enfance saccagée, enfance humiliée, enfance assassinée. Petite fille aux allumettes

Quel âge as-tu ? Si peu … Et déjà tu dois travailler. Le père l’exige sinon il va frapper.

Plus de mère, ni de grand-mère pour te protéger. Petite fille aux allumettes

Symbole de tous les enfants esclaves, et cela ne gêne pas le passant chaudement vêtu, confortablement chaussé.

Petite fille aux allumettes. Morte de froid, morte de faim, un soir de nouvelle année.

Voyons cela n’est qu’un conte. D’ailleurs elle monte droit au ciel dit Andersen. Le ciel pour la petite fille à qui personne n’avait acheté un paquet d’allumettes …

Mais ne fera-t-on rien sur terre ? Laisserons-nous l’enfance craquer des allumettes pour trouver le bonheur ?