Compte rendu atelier écriture octobre 2022

08 Novembre 2022

Compte rendu de l’atelier d’écriture AVH du jeudi 27 octobre 2022 

Thème : L’huile

Nombre de participants : 8

 

Prochain atelier en présentiel : Jeudi 24 novembre

 

A la dégustation : -Rillette de thon (huile d’olive) -Délice de tomates séchées : Italie (huile de tournesol) -Tiras de Jamon : Espagne (graisse de l’animal) -Le Longué de Montpellier : biscuit croquant à l’arôme de vanille. Le vin rosé présent dans sa recette lui donne une saveur douce et légèrement sucrée (huile de tournesol) -Chocolat noir à l’huile d’olive (Marseille)– Crêpes dentelle au chocolat noir et arôme naturel d’orange (Bretagne) (huile de colza) – Chacun se voit remettre une petite enveloppe souvenir de l’atelier contenant des graines de tournesol en hommage au courageux peuple ukrainien.
 

Senteurs proposées :

Huiles alimentaires :

- L’huile d’olive : Historique de cette huile. L’huile d’olive chez les phéniciens, les égyptiens, les grecs et les romains. Les usages divers.

- L’huile de foie de morue : Historique de cette huile et ses bienfaits.

 

Huile médicinale et cosmétique :

- L’huile d’amande douce : Historique de cette huile, bienfaits, autres usages

- Huile de Monoï : Historique, composition et bienfaits.

 

Huile essentielle : Définition, évocation de l’huile essentielle de lavande. Bienfaits.

 

Huile minérale : Huile de paraffine : Historique et emplois.

 

Autres :

La peinture à l’huile : Naissance, composition - Les huiles saintes : Usages dans les religions - 

Expressions avec huile :

-çà baigne dans l’huile : çà ne pose aucun problème, c’est facile. -faire tache d'huile :Se répandre de manière lente, continue. -mettre de l’huile de bras, de coude, de genou, de poignet : force, vigueur déployée dans l'accomplissement d'une tâche. -mettre de l'huile dans les rouages, dans les engrenages : Faciliter les choses, atténuer les difficultés ou les conflits. -Il ne faut pas jeter de l’huile sur le feu :  Aggraver, envenimer une situation, une tension, une hostilité. -Une mer d’huile : mer très calme, sans vague.

Réflexions littéraires :  -L’homme sans patience est comme une lampe sans huile : Alfred de Musset. -Les conseils c’est comme l’huile de ricin : on veut bien en donner mais on déteste en avaler Josh Billings Écrivain et humoriste américain. -La vérité est comme l’huile elle remonte toujours à la surface (sagesse populaire). -Il est sage de verser sur le rouage de l'amitié l'huile de la politesse délicate. Colette


Les objets à découvrir -Lampe à huile romaine en terre cuite. (Décoration Sphinx) Réplique Musée Arles Antiques :. Liquide : huile d’olive. Historique. - Huilier-Vinaigrier ancien (art déco) en laiton. Probablement utilisé dans les bistrots. Autre appellation Serviteur.

Lecture du poème : Sardines à l’huile de Georges Fourest : : écrivain et poète né à Limoges le 06/04/1864 mort à Paris 25/01/1945 (envoi de ce poème d’un irrésistible humour sur demande) Georges Fourest, La Négresse blonde, 1909

 

Consigne d’écriture : -Quelle est ou quelles sont les huiles que vous avez chez vous ? -Pourquoi ce choix ? L’utilisez vous ou les utilisez-vous souvent ? Dans quel but ? -Avez-vous des souvenirs d’enfance, d’adolescence, d’adulte liés à l’huile en générale ? Racontez.

-Quels sont les mots que vous associez à l’huile ? Nom propre, commun, verbe, adjectif, expressions etc. -A partir de cette collecte pourriez-vous introduire l’huile dans une historiette ? Merci !

 

Les petits textes de Evelyne : Les huiles de Pierre, Paul, Jacques

 

L’huile de Pierre : Moi, je me souviens de l’huile d’arachide, marque Lesieur, c’est elle que ma grand-mère utilisait pour faire des frites le mercredi.

Oh ! Le jour des frites, quel joli jour lorsqu’on n’a pas encore 6 ans.

D’abord il y avait le choix de la pomme de terre, géantes pour la menotte d’un enfant qui voulait aider en les épluchant. Faire des rubans de pelure de pomme de terre avec l’économe, quel jeu ! «T’enlève bien les yeux, ils contiennent du poison». Ensuite, ma grand-mère aller chercher dans la resserre la grosse bassine noire en fonte surmontée d’un panier ajouré que l’on descendait rempli de frites dans l’huile bouillante puis que l’on remontait lorsque les frites étaient dorées, mais pas trop, boursouflées, craquantes. « Ne t’approche pas de la friteuse, c’est très dangereux, tu pourrais te brûler gravement » Prévenait toujours ma grand-mère.

 

L’huile de Paul : Moi, j’adorais l’huile de pépin de raisin, elle ne sentait rien, elle supportait les fortes cuisson et dieu sait si ça chauffait sous le caquelon qui allaient cuire les petits cubes de viandes tendres de la fondue bourguignonne, présentés au bout de la fourchette spéciale.

Je mettais toujours une branche de romarin et une feuille de laurier dans l’huile.

Quelles soirées joyeuses nous avons faites autour du caquelon !

Nous étions dans les années 1980 et j’avais beaucoup d’amis …

 

L’huile de Jacques : Le vieux monsieur, que je suis devenu, a encore beaucoup de peine à évoquer l’huile qui a le plus marqué la naissance de son adolescence. C’était une huile solaire, parfumée à la noix de coco. Elle devait permettre le bronzage en évitant les brûlures du soleil.

Je ne me souviens plus de la marque de l’huile solaire dont ma cousine Blanche s’enduisait largement le corps. Ma cousine Blanche était une belle sportive de 15 ans. Je l’aimais en secret.

Elle me disait : « Mon petit, pourrais-tu m’étaler de huile solaire sur le dos, s’il te plaît ? » Comme il me plaisait ! Je coulais dans le creux de ma main deux gouttes d’huile solaire parfumée, puis avec timidité, douceur, amour et dévotion, je l’étalais sur son dos.

D’une main, elle avait dégagé sa nuque et ne restait autour de son cou que le mince ruban de sa chaîne en or.

Evelyne